(Site de la guilde brakmarienne RP de Jiva)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fin d'une existance, ou le début de la mort?

Aller en bas 
AuteurMessage
Sacré du Ciel
L'Ombre de Lave
avatar

Nombre de messages : 898
Age : 29
Localisation : Dans l'Ombre.
Date d'inscription : 19/11/2005

MessageSujet: La fin d'une existance, ou le début de la mort?   Mar 3 Oct - 22:26

Un éni aux ailes sombres, à la peau mat et arborant des ailes pourpres immenses maculées de sang, apparu dans un coin d'une ruelle de Brakmar. Il regarda autour de lui, et sourit en appercevant sa maison. Plus loin des éclats de rire fusaient de la taverne de la Misère. Il se dirigea vers sa maison, passa à travers la porte magique et observa la pièce. Deux tables, sur lesquelles reposaient des montagnes de parchemins multicolores avec différentes écritures, dont une jolie écrite en noir: celle de l'éni. Il chercha un nouveau parchemin et, le posant à plat sur son bureau, sorti une dague noire à trois lames de sa cape. Il s'entailla brèvement le bras et tendit au dessus du parchemin le bras ensanglanté. Il murmura alors des mots qui s'inscrivirent directement sur le papier avec le sang noir coulant.

Chères Ombres.
Le temps m'est désormais compté. Je dois expier certaines erreurs que j'ai commises, en plus de celles que déjà vous connaissiez. Je dois vous dévoiler bon nombre de mes secrets, mais je n'ose le faire dans une simple missive qui pourrait être interceptée à tout instant par n'importe quel chien bontarien, ou pire encore, un sériane. Je vous demande de ne pas prendre mon départ comme un abandon de notre cause, ou encore une preuve de lacheté face au combat qui s'annonce.. Non, je pars seulement parce que je le dois. Certaines choses ne peuvent être dites, seulement montrées. Leffe sera gérante de mes affaires personnelles pendant la durée de mon absence, aussi longue durera-t-elle.
Brakmariennement, Sacré du Ciel.


Il plia le parchemin et siffla longuement. Un miaulement se fit entendre, et d'un pas timide arriva une chachate noire au poitrail rouge. Ses yeux étaient brillants. Elle approcha de l'éni puis s'assit. Longtemps il conversèrent télépatiquement, puis la chachatte pris le parchemin que lui tendait son maitre, et dans un miaulement attristé sorti de la maison. Dehors, les éclats de rire s'étaient tus.
Sacré monta à l'étage. Sa maison n'avait pas changé. Ce lit où était né Xardnogard, son fils cadet, et cette table, où il avait reconstitué le corps du nourrisson mort né de sa tante et l'avait nommé Ombredemort... Fruit de sa haine passionnée... Il se dirigea vers le coffre, en sortie une dague argentée à deux lames, et une dorée à six lames. Longuement il observa la dague dorée, puis la rangea dans sa cape. Il glissa tout son argent dans son coffre ainsi que ses bijoux enchantés, pour revétir une panoplie noire et rouge. Il se releva, le corps baigné d'une aura neutre, les yeux devenus rouge lave. Il alla à son armoire, en sorti un sac de toile abimé, y glissa quelques potions aux couleurs louches et un parchemin bleuté, baigné d'une aura bleutée, angélique, et descendit. Arrivé sur le pas de la porte, il se retourna et murmura quelques mots, une larme coulant le long de sa joue.
Il sorti, enfermant derrière lui sa vie et marcha vers la tour sombre de la cité. Il regarda l'endroit où, lors de l'ultime bataille de la chute des deux cités, il s'était retrouvé étendu. Cette fois là où il avait été assomé puis ramené à Brakmar par quelqu'un... ou quelque chose. La cité avait disparue peu après son réveil.
Il marcha jusqu'à la porte de la Cité et embrassa de son regard de braise les landes de Sidimote. Quelques Ouginak aboyaient au loin, telle une meute enragée et affamée.. Un Brakmarien passa devant lui, sans lui accorder le moindre regard. L'éniripsa soupira, puis disparu.
Sa naissance qui eut lieu en octouillard de l'an 36 avait elle prévu un destin si sombre? Cela, personne ne l'aurait pu dire. Une chose est sûre, la légende de l'éni damné s'est terminée peu après qu'il aie fêté ses 600ans. Terminée... ou pas.
Un éclat de rire fusa du mont Rakmarb, froid, opressant, et une nuée de corbac s'envola, appeurée, tandis qu'un ronronement sonnore s'élevait d'une cavité sombre du Cénacle..
L'éni damné existait encore.

_________________
Victoria non praeda,
Memento Mori.
Maudits soyons nous que d'avoir été aveugles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacré du Ciel
L'Ombre de Lave
avatar

Nombre de messages : 898
Age : 29
Localisation : Dans l'Ombre.
Date d'inscription : 19/11/2005

MessageSujet: Re: La fin d'une existance, ou le début de la mort?   Dim 8 Oct - 20:19

Une femme vétue d'un simple voile transparant dansait dans le noir. Il ne la voyait pas, mais son aura emplissait l'endroit où il se trouvait. Il n'aurait su dire si il était couché ou debout, tant cela lui semblait bizarre. La femme ne faisait pas un bruit, et pourtant elle sautait en dansant.

Au loin un aboiement triste et déchirant se fit entendre. Dans un coin de sa tête, une petite voix lui dit: "Tiens, un ouginak qui agonise". Il ouvrit les yeux. Il se trouvait étendu dans les landes de Sidimote. A ses cotés il reconnu une chachatte au poitrail rouge. Sa tête le lançait. Il y avait eu cette femme.. et là ...
Trou de mémoire.
Avec un effroit glacé il se rendit compte que sa mémoire d'éni avait un trou. Il resta calme et analisa ses derniers souvenirs avec une précision chirurgicale. Il se revoyait, donnant un ordre télépatique à Leffe dans sa propre maison. Puis il marchait dans Brakmar, et se rendit à la porte de la Cité. Puis il utilisa ses pouvoirs pour se transporter dans un lieu qu'il connaissait depuis longtemps... Puis il senti la femme danser dans une espèce de pièce sombre, et l'aboiement, Leffe, ici.

Leffe, j'ai un problème, dit il d'une voix calme et posée, seul ses yeux trahissaient son inquiétude.
Il vit un croc gland sortir des fourrés, babines retroussées et se diriger vers lui. Par réflex, l'éniripsa mis sa main au foureau de sa baguette, la sortie et se mit en garde de l'animal. Le combat avait commencé, et le croc gland ne s'imaginait pas qu'il allait trouver la mort à cet endroit. Sacré lança un mot interdit, réduisant la vie de l'imprudent au néant. Cependant, sa main tremblait. Il ne s'en rendit pas compte pour autant, et prenant Leffe dans ses bras, but une potion de foyer.

Sa maison était sale, encore plus qu'à l'acoutumée. Il n'aurait su dire combien de temps il était parti, malgrès son sens développé du temps. Il s'assit à son bureau, et posa Leffe dessus. Ils conversèrent de tout et de rien, comment s'était passé les affaires ici, comment ceci, comment cela..
Tard dans la nuit, il décida alors de se coucher.
Et ce qu'il vu en rêve.. était ce qui s'était passé.
Sacré du Ciel, l'éni damné, était revenu d'un long périple.

_________________
Victoria non praeda,
Memento Mori.
Maudits soyons nous que d'avoir été aveugles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La fin d'une existance, ou le début de la mort?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2010-11: [LIGUE] Le Monument aux Morts
» Petits conseils pour avoir une équipe de la mort qui tue (ou presque)!
» Révolution Française (MaJ 10e Rgt de Hussards)
» [ROE] Emrakul and the gang
» SADAMH OUSSEN CONDAMNE A MORT !! BIENFAIT MDR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Assemblée de l'Ombre :: L'Assemblée de l'Ombre :: Les Stèles du Cénacle (public)-
Sauter vers: